L’hymne à l’amitié se célèbre en Thaïlande.

[lolelove-slideshow id=15]

 

Le but de cette article n’est certainement pas de vous faire rougir de jalousie ou de faire naître en vous un bouillon d’anxiété face à vos prochaines vacances, mais j’ai cru généreux de vous partager ce fait vécu: Mesdames, à l’automne 2011, j’ai passé 15 jours en Thaïlande, avec les cinq filles qui me tiennent le plus à coeur. (Note à mes autres amies de filles: vous savez bien que ce commentaire a été écrit que pour épicer les faits!) Pouvez-vous concevoir un instant, que dans nos luttes quotidiennes, incessantes, pour l’excellence professionnelle, familiale, sportive… la vie a voulue, que nous vivions un instant d’arrêt. Trois brunes; respectivement, designer, opticienne et agent de brevet, rencontraient trois blondes; respectivement directrice de compagnie, analyste marketing et ingénieur civile, pour un séjour de rêve au pays des Pad Thaï, de la boxe Thaï, et des chips aux crevettes. Nothing less my friends.

 

Pleines d’ambition sur nos plans de voyage, chacune y allait de ses recommandations. Le petit feeling «easy going», qui normalement m’habite lors de consensus décisionnel, a pris rapidement la cap vers les temples bouddhistes, pour me laisser seule, face à mes adversaires. «Est ce que c’est ça la boxe Thaï?»

 

Non, sincèrement, nous nous régalèrent d’aventures de toutes sortes: nous firent le nord de la Thaïlande et ses forêts de bambous, ses éléphants dociles, ses villages indigènes, son thé, ses litchis et ses cours de cuisine. Pour ensuite nous diriger vers le sud du pays. Le sud du pays. Le sud du pays. Oui oui, mettons l’emphase sur cette partie du monde, qui hors des captations vidéographiques, existe vraiment. Le sud que l’on veut offrir à la personne que l’on aime. Le sud qui nous bronze, nous ananas, nous sous-marine.

 

Les deux parties du voyage firent mémorables à leur manière. Mais le point central de celui-ci, là où les avions atterrissent et les bateaux transigent vers votre prochaine destination… c’est Phuket. Je crois que chaque voyageur trouve un réconfort en Phuket, dépendemment du laps de temps qu’il y consacre. Pour nous six, ce fût une histoire d’un soir et nous étions reparties, mais nous le garderons ,toujours, comme une emblème de l’hymne à notre amitié.

 

 

 

Share