Ça vole haut à Chicago

cd covers

Smith Westerns  est un bon exemple. On pourrait même leur donner le titre de porte-étendard avec leur pop juteuse. C’est grand, c’est jouissif, ça en mène large. Essayez d’être encore de mauvaise humeur après ça.

En fait, je ne sais pas trop pourquoi la scène indie de Chicago — la troisième ville la plus populeuse aux États-Unis — est si rafraîchissante. Je vais y aller au printemps, question d’aller constater tout ça de visu. D’ici là, je vous ai concocté un Top 5 de bands à surveiller de près.

 

Champions, du indie aigre-doux (du type Arcade Fire rencontre Snow Patrol). Ça peut aussi nous rappeler The Frames, le band de Dublin. Ça se prend plus au sérieux que Smith Westerns, mais le plaisir est là. Si l’album n’est pas très décontracté, je serais curieux de voir la bête en spectacle.

 

Moon Furies, de l’électropoprock assez trevingt, merci. Plaisir coupable ? Même pas. Plaisir, point. Assez parler : dansons maintenant !

 

Festif aussi, quoique plus basic rock : Canasta. Comme le petit cousin de Smith Westerns. Un beau et gros band (ils sont six); les arrangements sont somptueux. Il y a du violon et du trombone, mais beaucoup d’âme aussi. De la belle pop riche, mais pas lourde pour autant. Coup de cœur.

 

Plus rugueux, plus altern, plus toute : Hidden Hospitals. Ça peut rappeler les montréalais Mobile, par endroits.

 

J’ai gardé mes préférés pour la fin : Brighton MA 

Une super voix, des mélodies bien senties. Comme si Bob Dylan avant 25 ans à nouveau. On a envie de s’envoler, rien de moins. Dans la catégorie « bijou ».

 

 

 

 

Share