Choisir son animal de compagnie-première partie



Lorsque vient le temps d’adopter un animal de compagnie le choix est vaste. Tradionnellement, les chats et les chiens ont la cote depuis longtemps.  Mais aujourd’hui, il est facilement possible d’adopter des animaux moins familiers, tels que des reptiles, des oiseaux, des petits rongeurs, etc. Lorsqu’on adopte un animal, c’est pour la vie (un chien peut vivre entre 10 et 15 ans, certains oiseaux ont des espérance de vie de près de 50 ans et au-delà, les chats vivent habituellement un quinzaine d’années) et il est donc essentiel que le choix soit bien réfléchit. Il faut à tout prix éviter d’adopter un animal sur un coup de tête. Il faut être conscient de ses besoins (nourriture, activités, espace de vie), être capable de le supporter en cas de maladie (frais vétérinaires, soins à la maison) et être conscient de nos limites (famille, allergie, jeunes enfants, bruits, agitation).

Dans ce premier blog, d’une série de deux, nous allons discuter du choix d’un chien.

 

Choisir son chien

 

Le plus difficile est de choisir la bonne race de chiens, car on sait qu’il en existe une grande variation. Il faut penser à la taille, la longueur du poils, le poids, le tempérament, les soins particuliers, le niveau d’activité entre autres. Aussi afin de minimiser la possibilité de maladie génétique chez les chiens de race, on recommande fortement d’adopter un animal qui provient d’un élevage consciencieux où il est possible d’avoir le pedigree des parents et une garantie de bonne santé de l’animal.  En adoptant d’un élevage ou d’un particulier, il sera possible de connaître les antécédents de l’animal et de s’assurer qu’il a grandit dans des conditions optimales. Le chiot sera alors moins susceptible de contracter des maladies, aussi il y a de plus fortes chances que sa période de sociabilisation soit bien entamée et qu’il est un tempérament moins nerveux ou craintif.

 

Assurez-vous de passer un peu de temps avec le chiot avant de l’adopter et de parler aux gens qui s’en sont occupés pour connaître son tempérament, son niveau de tolérance et surtout de trouver un chiot qui est compatible avec vous. Prenez des informations sur les soins à lui procurer (les vermifuges, les rappels de vaccins, le lavage des yeux, des plis du visage, des oreilles,  les soins du pelage, etc). Idéalement, un chiot nouvellement adopté devrait être âgé entre 7 et 9 semaines et devrait être sevré. À cet âge, il devrait aussi avoir reçu un vermifuge et son premier vaccin de base (qui devrait être accompagné d’un examen vétérinaire et donc d’un certificat).

 

Si vous avez des enfants, il est préférable de se tourner vers des races reconnues pour être dociles avec les enfants. En voici quelques exemples : le golden retriever, le labrabor, le labernois, le bouvier bernois, le cavalier king charles, le bichon frisé et maltais, le shih tzu, le lhasa apso, le yorkshire, le caniche, le teckel. Peut importe la race que vous choisirez, sachez que plutôt le chiot est exposé à des enfants, qu’il connaît de belles expériences  avec des enfants et que les enfants savent comment l’approcher, plus les risques de morsure seront diminués. Si vous adoptez un chiot, il faut s’attendre à devoir investir du temps pour la propreté, l’obéissance, la marche en laisse, les visites chez les vétérinaires (vaccins, chirurgie, problèmes de santé), les soins et parfois à s’attendre à manquer de sommeil pour les premiers jours.  Parfois, il est plus sage de songer à l’adoption d’un chien adulte (plus de 1 an), qui est déjà entraîner et propre. Tout dépend de votre contexte familial.

 

Si jamais vous optez pour l’adoption d’un terrier, d’un chien de berger ou de chasse, il faudra mettre à votre horaire des heures disponibles pour faire bouger votre chien. En fait, cette recommandation est bonne pour toutes les races de chiens, mais chez certaines races le niveau d’activité physique est supérieur et ces chiens ont besoin de bouger plus. On pense entre autres au beagle, l’épagneul, le fox terrier, le labrador, le braque allemand ou de Weimar, le jack russel, le golden retriever, le goodle doodle, le berger allemand, le husky.

 

N’oubliez pas que l’adoption d’un chien c’est beaucoup d’investissements en terme de temps, d’énergie et d’argent, mais qu’il vous le rendra sous forme d’une amitié inconditionnelle !

Share