Le goût du Québec

strawberries d ici

 

Chez moi, c’est un vrai rituel. La saison des fraises symbolise l’arrivée des produits d’ici. C’est en allant cueillir des fraises en famille qu’on ouvre le bal sur une saison de gourmandises locales. Pendant l’hiver, on a dû se contenter de fruits et de légumes importés. L’été, on se fait un devoir (et un plaisir !) de bouder ce qui vient d’ailleurs. Que ce soit cultivé dans notre potager, cueilli chez un agriculteur du coin, acheté à l’épicerie ou au marché, on mange québécois.

 

Manger local, c’est plein de bon sens. Il y a moins de pollution par le transport et ça stimule l’économie de la province. Ça valorise aussi le travail de nos producteurs et artisans. Acheter leurs produits, c’est leur dire que leur travail est important. Et en faisant tout ça, on se régale.

 

On peut manger local toute l’année. Il est facile de trouver des viandes, des fromages, des œufs et plein d’autres aliments québécois de janvier à décembre. Mais il est tout aussi facile de trouver des produits d’ailleurs. Avez-vous l’habitude de regarder la provenance des aliments que vous ajoutez à votre panier ? C’est un bon réflexe à développer. Il y a quelques jours, j’ai vu un énorme présentoir de fraises de la Californie dans une épicerie près de chez moi alors que la saison des fraises du Québec bat son plein. Ce type de situation m’exaspère. Mais je me dis que c’est en partie une question d’offre et de demande. Plus nous achèterons québécois, moins ce type de situation risque de se produire.

 

De mon côté, je n’achète que des tomates du Québec, toute l’année. L’hiver, on trouve de délicieuses tomates de serres locales juteuses et savoureuses. Pourquoi se contenter de tomates du Mexique, cueillies avant leur maturité et qui nous arrivent fades et pâteuses ?

 

Il y a plusieurs façons de manger québécois et la plus amusante, c’est d’en profiter pour aller à la source, pour rencontrer les producteurs et les artisans. Sortez de chez vous. Allez cueillir des fraises ou des framboises, allez découvrir une ferme d’élevage de Bœufs Highland ou une fromagerie artisanale, allez jaser avec un apiculteur ou allez taquiner le poisson.

 

Et pourquoi ne pas profiter de vos vacances pour faire un « road trip gourmand »?

 

En faisant une plus grande place aux produits d’ici cet été, je parie que vous aurez envie de manger local tout le reste de l’année !

Share