L'Islande en solo

[lolelove-slideshow id=48]

 

Premier voyage seule, comme une grande. Sur un coup de tête, j’ai choisi l’Islande.

 

J’ai bien vu d’autre coins du continent américain, mais faire le grand saut, au-dessus de l’Atlantique (et seule!), c’était la première fois. Pas facile d’organiser un itinéraire en quelques jours quand il y a tout à voir de cette merveilleuse île volcanique. Et surtout, pas facile de faire une sélection de vêtements pour y aller.

 

Il faut savoir que l’Islande n’est pas aussi froide que Montréal en hiver. Les températures varient de -5˚C à 5˚C (merci au Gulf Stream), et grimpent parfois jusqu’à 25˚C en été. C’est donc très confortable, mais le climat y est extrêmement imprévisible. En l’espace de quelques minutes, il peut pleuvoir à l’horizontale, le soleil pourrait bien ressortir qu’il se mettrait à neiger tout de suite après. D’ailleurs, un proverbe islandais décrit ce climat avec beaucoup d’humour : « Si le temps qu’il fait vous déplaît, attendez cinq minutes! ».

 

Mes indispensables Lolë :

Chandail Shining

Legging Glorious

Pantalon imperméable Living

Manteau Gabrielle

 

La capitale, Reykjavik, est charmante en tous points. Particulièrement pour ses jolies maisons colorées. J’ai souvent eu l’impression de me promener au coeur du Vieux-Québec, du Vieux-Montréal, ou encore du Mile-End ou d’Outremont, surtout en montant la rue Skólavörðustígur vers Hallgrimskirkja (photo), la plus grosse église d’Islande, ou en faisant du lèche-vitrine sur la rue Laugavegur, à deux pas de mon appartement (ultra abordable loué via Expedia). Je m’y suis sentie presque comme à la maison. Bon, il faut dire que j’avais dit ça de Manhattan aussi, même si ça n’a rien à voir. Je dois aimer les villes, il faut croire.

 

En Islande, il y a la ville, avec ses chouettes boutiques (comme Nostalgia, le paradis du vintage chic!) et ses délicieux restos (Mmm Fish Market, Café Paris…), mais il y aussi l’Islande sauvage. Bien entendu, je n’ai pas pu tout voir (en 6 jours), mais j’ai quand même pu avoir un avant-goût, en parcourant le « Cercle d’or » avec le parc national de Þingvellir, la chute Gullfoss (photo) et les geysers (photo) de la vallée Haukadalur. Il y avait de quoi se sentir toute petite devant cette nature majestueuse.

 

J’ai aussi fait une excursion sur la péninsule de Snæfellsnes, et je ne l’ai pas regretté. D’ailleurs, on appelle Snæfellsnes « l’Islande en miniature » parce qu’on peut y voir beaucoup de sites typiques de l’Islande. C’était donc l’escapade parfaite pour moi qui n’avait que quelques jours pour en voir un max. Sur ce parcours de 470 km en 12 heure, j’y ai vu des paysages à couper le souffle, des montagnes, des montagnes et encore des montagnes, un glacier, la mer déchaînée, des petits villages de pêcheurs et le volcan Snæfellsjökull (photo), celui-là même par lequel est entré Jules Verne dans Voyage au centre de la Terre. Fou!

 

Ce périple en Islande n’aurait pas été complet sans un moment de détente ultime au spa Blue Lagoon. J’avais déjà épinglé cette image dans mon Pinterest en rêvant d’y aller un jour. C’est maintenant chose faite! Le spa est « l’attraction » la plus visitée d’Islande, et pour cause. On y est comme dans un rêve, avec cette vapeur qui s’élève de ses 6 millions de litres d’eau de mer géothermale, chauffée par l’activité volcanique de la région. L’eau y est riche en sels minéraux, silicates et en algues bleu-vertes qui lui donnent sa couleur bleu laiteuse et est reconnue pour traiter les maladies de peau comme le psoriasis et l’eczéma. Pas étonnant que le Blue Lagoon ait commercialisé sa boue de silice. Exfoliante et hydratante, c’est une petite merveille beauté.

 

Un beau voyage, vous dites? Ótrúlegt. Ógleymanleg (Incroyable. Inoubliable).

 

À ajouter à votre bucket list!

Share