Troquer le vélo pour l'autobus en Ouzbékistan…

[lolelove-slideshow id=45]

 

Lors de mon dernier voyage au bout du monde,  je m’étais mise dans la tête que tous les kilomètres seraient parcourus à vélo.  La réalité est souvent bien différente du rêve, mais tout de même, j’ai résisté plusieurs semaines avant de trahir mes propres convictions…

 

C’est arrivé en Ouzbékistan, sur une parcelle de la route de la soie, qui relie Boukhara à Khiva. Longue de 500km, en plein désert, je n’avais simplement pas envie de m’y aventurer seule avec mon vélo. J’ai donc troqué deux roues pour quatre, soit l’autobus!

 

Si vous n’avez jamais emprunté de transport en commun dans un pays en voie de développement, vous ne savez sûrement pas que 500 kilomètres équivalent à environ dix heures de bus. Durant ce trajet, vous comprenez, j’ai eu le temps de m’ennuyer de mon vélo et  J’ai aussi pu établir une liste des avantages et inconvénients de prendre l’autobus en Ouzbékistan. Peut-être que cette liste saura convaincre certaines personnes qui hésitent encore à faire un voyage de cyclotourisme!

 

 

INCONVÉNIENTS d’un déplacement en autobus

 

— Devoir négocier longuement le prix du billet avec le chauffeur, mais aussi le prix du transport de mon vélo, qui au final, se trouve à être encore plus cher que le billet même. Le conducteur savait que j’étais mal prise et en a donc profité pour me charger au moins le double du prix;

 

— Une fois le billet acheté, il faut attendre que le moyen de transport se remplisse. Lorsqu’il s’agit d’un autobus et que tu es la première arrivée, cela peut s’avérer assez long, voir plusieurs heures. Contrairement au vélo où je suis libre de partir à l’heure que je veux;

 

— La position assise durant dix heures peut être, étrangement, beaucoup plus dure sur le corps qu’une journée complète de bicyclette. L’espace est souvent très restreint et les sièges de mauvaises qualité;

 

— Ne pas pouvoir aller aux toilettes quand on veut et où on veut;

 

— Être le centre d’attraction de la part de mes voisins durant TOUT le trajet. C’est flatteur, mais cela peut devenir épuisant;

 

— Arrêter à tous les contrôles policiers, alors qu’en vélo je tends la main avec un grand sourire et ils me laissent passer…

 

 

AVANTAGES d’un déplacement en autobus

 

— Aller plus vite (?). Lorsque l’on n’a pas de crevaison ou de panne, c’est en effet plus rapide;

 

— Rencontrer plus de gens dans un espace-temps donné;

 

— Apprendre des nouveaux mots en ouzbek, les répéter très fort et faire rire tout le monde;

 

— Ne pas mourir de soif, de faim ou d’ennui en parcourant 500 km seule, en vélo, dans le désert!

 

Après tout, bien que je ne jure que par le vélo, que ce soit pour le voyage ou les déplacements au quotidien, dans une situation telle la traversée d’une partie du désert, je n’avais pas tant envie de le faire sur deux roues. Oui, j’ai trouvé le trajet très long en autobus, mais au-delà des nombreuses invitations reçues, j’ai permis à 40 personnes de retourner chez eux le soir et de parler à leur famille d’une canadienne, rencontrée dans un autobus et  qui voyageait à vélo. Ça élargit l’esprit et ça ouvre sur des possibilités inimaginables, pour ces gens qui n’ont pas autant la chance de voyager. Le vélo est un véhicule accessible pour  la découverte et le voyage,  de son propre pays et du reste du monde et ce, peu importe  notre origine.

Share